Energies renouvelables : où en sommes-nous ?

Depuis la COP 21, les actions concernant les énergies renouvelables ont explosé : entre la Chine qui souhaite avoir un tiers de sa consommation d’énergie à base d’énergies renouvelables et la Californie qui développe son potentiel photovoltaïque, on pourrait penser que nous sommes très avancés dans le domaine du renouvelable. Mais qu’en est-il réellement ?

Partout dans le monde, des actions pour le développement durable sont apparues : l’exemple le plus flagrant est celui du Costa Rica, qui produit près de 99 % d’énergies renouvelables pour son pays, en passant même 285 jours sans aucune énergie fossile. Mais le fait est qu’au Costa Rica, les demandes d’énergies sont bien moindres que dans des pays riches, et qu’ils ont dû baisser d’autres budgets pour avoir les crédits nécessaires. Cependant, les pays riches ne sont pas en reste : le leader des pays riches en ce qui concerne le développement durable est la Norvège. En effet, ceux-ci, en plus de produire leur énergie en grande partie à l’hydraulique, sont les premiers à annoncer l’interdiction de la vente de voitures à essence sur leur sol d’ici 2025, en se concentrant sur les voitures électriques et l’éco-mobilité (vélos, transports en commun…).

Malgré toutes ces actions, le développement durable a beaucoup de mal à passer : certains pays comme la Russie et les États-Unis, dont leur président Donald Trump se dit climato-sceptique, décident de ne rien changer pour être moins polluants, même si dans le cas des États-Unis, de grandes entreprises américaines qui ont investi en masse dans les énergies renouvelables et des gouverneurs d’État ont protesté dans une lettre au président. De plus, de nombreux pays comme la France ou l’Italie font de faibles actions, en laissant surtout les villes se débrouiller, avec de moins en moins d’aides de l’État.

On est bien loin du « 100 % énergie renouvelable » qui doit pourtant être atteint le plus rapidement possible, afin de limiter au maximum les dégâts du réchauffement climatique malheureusement visibles. Cependant, c’est aussi à nous de changer nos habitudes au niveau local, en préférant le vélo pour les petits trajets par exemple. Nous sommes en bonne voie, faut continuer.energies-renouvelables1.

Thomas JOSE

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s